5 ingrédients dangereux à bannir des produits capillaires


En tant que consommateurs, nous nous inquiétons de plus en plus de la composition de nos produits. D’après Cosmetics Europe, plus de 85% des gens en Europe considèrent les produits capillaires importants ou très importants dans leur vie de tous les jours, on peut alors se demander si ceux-ci sont réellement sans danger. Spoiler alert : ce n’est pas le cas.

On trouve encore de nombreux produits aux propriétés chimiques et physiques potentiellement dangereuses dans les produits capillaires. Que ce soit pour réduire les coûts de production ou tout simplement parce que le consommateur ne s’en rendra pas compte, certains industriels ne remplacent pas ces produits pourtant dangereux controversés.

Voici les 5 ingrédients à bannir de vos produits capillaires :

Sulfates



Les sulfates sont utilisés comme tensioactifs principaux dans la grande majorité des shampoings. Leur rôle est de laver en retirant le gras présent sur les cheveux et à produire de la mousse. Les tensioactifs sulfatés sont très utilisés car ils ne sont pas très coûteux et ne laissent aucune saleté après leur passage.

Ils sont aussi reconnus comme irritants pour la peau et les muqueuses, et permettent le passage à travers la peau de substances toxiques. La production de ces ingrédients de synthèse est très polluante et leur biodégradabilité et très mauvaise. En somme, un type de composant encore très répandu que l’on voudrait voir disparaitre des produits cosmétiques.

Quelques exemples fréquents de sulfates dont nous avons déjà parlé dans notre article sur les tensioactifs : le Sodium Laureth Sulfate (SLES), le Sodium Lauryl Sulfate (SLS), l’Ammonium Laureth Sulfate et le Sodium Myreth Sulfate.

Parabènes (ou parabens)

Il n’est plus nécessaire de présenter les parabènes, ces conservateurs ont été pointé du doigts comme étant des cancérogènes et perturbateurs endocriniens. Leur rôle est d’éviter la prolifération de microorganismes dans la formulation cosmétique.

Il existe plusieurs variantes dont certaines moins nocives comme le methylparaben et l’ethylparaben mais c’est un composé qui reste néanmoins indésirable.

Huiles minérales

Les huiles minérales sont utilisées comme agent imperméabilisant et occlusif. Leur rôle est de recouvrir la surface du cheveu pour lui créer une gaine qui va sceller l’eau dans le cheveu ainsi que d’empêcher l’humidité ambiante de l’atteindre, ainsi pas de frisottis par temps pluvieux.

Elles sont produites grâce à la distillation du pétrole, procédé qui permet aussi de produire des lubrifiants et de l’huile de moteur. Au-delà de la pollution directe liée à la production de dérivés de pétrole, ces huiles ne sont pas biodégradables et contaminent donc l’environnement.

Quelques exemples : Petrolatum, Paraffinum liquidum ou Mineral Oil pour la forme fluide, Cera microscristallina (cire microcristalline), Petrolatum jelly (gelée de pétrole) pour la forme solide.

PEGs

 

PEG sont les initiales de PolyEthylène Glycol. Ce sont des silicones qui servent de tensioactif, d’humectant ou d’émulsifiant.

Ils sont mis en cause dans des cas d’allergie et d’irritation et serait même cancérigènes. Certains d’entre eux ont la capacité de passer à travers la peau et d’emmener avec eux d’autres composés potentiellement toxiques. De plus, ils ont une très mauvaise biodégradabilité.

Alcools

Certains alcools sont particulièrement néfastes, notamment parce qu’ils assèchent les cheveux. Ils sont ajoutés par les industriels afin d’agir comme conservateurs en limitant le développement de microorganismes ou dans certains produits coiffants pour s’évaporer rapidement.

Les alcools à chaine courte assèchent donc le cheveu car lors de leur évaporation ils vont emmener avec eux la graisse naturelle du cheveu ainsi qu’une partie des additifs présents dans le produit en question.

Quelques exemples : Ethyl alcohol, Isopropyl alcohol

Pour conclure…

Vous en savez à présent plus sur les ingrédients potentiellement toxiques que l’on trouve dans nos produits capillaires. Comme nous l’avons vu, certains sont plus dangereux que d’autres et il est important d’avoir conscience des substances utilisées dans des produits que l’on va s’appliquer sur le corps.

Afin d’éviter d’avoir à faire face à ce type de produit on pourrait être tenter de se tourner vers la cosmétique bio mais malheureusement la certification bio n’est pas suffisamment restrictive, ainsi le Lauryl Sulfate de Sodium est considéré comme un composé bio. N'oubliez jamais d'être critique sur la composition de vos produits ! 😊


Arithmetiq c'est un calcul simple:
Vous + Nous = ❤️🚀